Nous utilisons des cookies sur ce site web pour nous assurer qu'il fonctionne correctement et pour recueillir des statistiques sur les utilisateurs afin d'améliorer notre site. Acceptez notre utilisation de cookies en fermant cette fenêtre ou continuez pour parcourir notre site web.

En savoir plus sur les cookies
Acceptez l'utilisation de cookies sur notre site web et fermez cette bannière

9 conseils pour choisir le meilleur matériau pour un emballage sous atmosphère protectrice (MAP)

Réduction de la durée de vie : fuite ou perméabilité ?

Vous venez juste de dépenser des dizaines de milliers d’euros pour développer un nouveau complément alimentaire pour le marché du sport. Vous avez décidé du type d’emballage – une poche en polymère thermoformée. Vous avez déterminé que la meilleure façon de maintenir les propriétés et la fraicheur de votre le produit et d’étendre sa durée de conservation est de le conditionner sous atmosphère protectrice (MAP).

Ainsi, sur les lignes de conditionnement vous gazez les emballages avec de l’azote pour déplacer l’air et ainsi enlever l’oxygène. Vous livrez vos produits à vos clients. Tout va bien puis vous commencez à avoir des réclamations et des retours de produits qui se périment bien avant sa date limite d’utilisation.

Vous testez les emballages pour savoir s’ils ont des fuites mais vous n’en trouvez pas. Quelque chose ne va pas, mais quoi ?

Perméabilité

La réponse pourrait très bien un phénomène appelé perméabilité. Bien que les emballages soient scellés et sans fuite, l’oxygène présent dans l’air s’infiltre dans l’emballage à travers le film polymère.


Georgia Gu
Senior Scientist
MOCON Inc.
Vous avez choisi le mauvais matériau d’emballage pour ce produit.
 
Georgia Gu est Senior Scientist chez MOCON Inc, et est une experte de la perméabilité. Ici, Georgia explique l’importance de la perméabilité dans les emballages sous atmosphère protectrice (MAP).

Les polymères sont perméables!

“Les matériaux d’emballage traditionnels comme le verre ou le métal sont imperméables – les gaz ne peuvent pas les traverser” explique Georgi. « A l’inverse les polymères modernes sont perméables ».


Cela signifie qu'au fil du temps les molécules dans l’air environnant comme l'oxygène ou la vapeur d'eau peuvent lentement s’infiltrer par et dans le paquet. Si vous conditionnez sous atmosphère protectrice (MAP) et que le matériau d’emballage est perméable au gaz que vous ne souhaitez pas avoir, alors votre emballage sous atmosphère protectrice (MAP) n’est plus efficace.
 
Il y a différents matériaux polymères sur le marché avec des propriétés de perméabilité différentes. Certains font barrière à l’oxygène, d’autre à la vapeur d’eau.

L’épaisseur du film affecte également la perméabilité. « Doublez l’épaisseur du film et vous divisez deux le taux de transmission » explique Georgia ; « Mais faites attention à ne pas surprotéger votre emballage plus que nécessaire. Cela peut augmenter les coûts inutilement ».

9 façons d’assurer que vous avez le meilleur matériau barrière pour votre produit conditionné sous atmosphère protectrice (MAP)

Voici les conseils de Georgia pour vous assurer que vous avez choisi le bon emballage pour votre produit.

  1. Vous avez besoin de connaître votre produit! A quoi est-il sensible? Avez-vous besoin d’éliminer l’oxygène, ou est-il plus sujet à l’humidité? Par exemple, les produits alimentaires qui contiennent du gras sont souvent sensible à l’oxygène, qui favorise les mauvaises odeurs dues à l’oxydation, ou le développement des microbes qui abîme la nourriture. Les produits pharmaceutiques sont souvent sensibles à l’humidité. Vous devez faire des tests laboratoires pour connaître ce à quoi votre produit est le plus sensible. Lorsque vous connaissez la réponse à cette question, vous êtes alors capable de commencer à identifier le meilleur matériau avec les meilleures propriétés barrière pour votre produit.
     
  2. Des instruments existent pour tester les propriétés barrière des matériaux polymères. Ces instruments peuvent mesurer le taux de transmission d’oxygène (OTR) ou le taux de transmission de vapeur d’eau (WTR). Vous pouvez acheter ces instruments pour effectuer des tests en interne, ou vous pouvez faire réaliser ces tests par une entreprise ou un laboratoire spécialiste qui le fera pour vous.

  3. Être conscient que l’environnement peut affecter la perméabilité et par conséquent la durée de conservation. Si vous faites tous vos tests sous les « conditions normales » et que vous expédiez votre produit dans un pays de région tropicale vous risquez d’avoir des problèmes. Une augmentation de 10 degrés de la température doublera le taux de perméabilité. L’humidité affecte également la perméabilité. Donc si vous exportez votre produit dans un pays chaud et humide, prenez en compte ces conditions. Apprenez à connaître votre marché !
     
  4. Méfiez-vous lorsque vous optez pour un emballage qui « semble OK », ou parce que votre concurrent l’utilise. Ils pourraient utiliser des ingrédients différents ou avoir des procédés de mise en œuvre différents des vôtres ou ils pourraient encore ne pas avoir le bon matériau…. Faites vos propres tests.
     
    Voici un exemple venant d’une expérience réelle. Un fabricant de compléments alimentaires en poudre conditionnait sous atmosphère protectrice (MAP) avec de l’azote pour éliminer l’oxygène et l’humidité. Pour le matériau d’emballage, ils utilisaient un polymère appelé « HDPE ». Mais la poudre se dégradait après seulement une courte période de conservation. Après analyses et conseils, l’entreprise a décidé d’utiliser des polymères « PET » et le problème fut résolu. Pourquoi ? Parce que tandis que le HDPE est une bonne barrière contre l’humidité, il ne protège pas vraiment contre l’infiltration de l’oxygène. De l’autre côté, le PET est une bien meilleure barrière contre l’infiltration de l’oxygène. 

  5. N’oubliez pas l’importance de tester les fuites. Si votre produit MAP a une durée de conservation en baisse, cela peut être causé par des fuites dans l’emballage. Il existe de très bons instruments de détection de fuite sur le marché. Ils peuvent être intégrés sur la ligne de conditionnement, ainsi chaque emballage est individuellement testé. Ou vous pouvez faire des tests manuellement, permettant de tester les emballages aléatoirement par échantillonnage. Ces tests sont non-destructifs, donc vous ne gaspillez pas de produit ou d’emballages. Lire plus à propos des détections de fuites non-destructives sur les emballages MAP.

  6. Si vous ne trouvez aucune fuite mais le produit continue à voir sa durée de conservation se réduire alors il peut s’agir d’un problème de perméabilité.
     
  7. Gardez à l’esprit que différents lots de matériau d’emballage peuvent varier en caractéristiques si le fabricant n’effectue pas le contrôle qualité approprié. Alors qu’un lot pourrait avoir de bonnes propriétés barrières, un autre pourrait ne pas les avoir. Le test est alors une bonne solution. Lisez une étude de cas à propos du contrôle qualité.

  8. Il est coûteux d’investir dans une unité de conditionnement et des lignes de haute technologie et de haute cadence et découvrir que la durée de conservation est affectée ou réduite parce qu’une moindre attention a été portée aux caractéristiques de perméabilité du matériau d’emballage. . Il est important de consulter des spécialistes et d’effectuer des recherches pour évaluer quel est le meilleur matériau d’emballage pour votre produit.

  9. Enfin, souvenez-vous qu’il est crucial de vous assurer que vos emballages aient la bonne composition gazeuse protectrice. Pour cela, rappelez-vous de vérifier le taux d’oxygène.

Intéressé par une offre?

Laissez vos coordonnées et vous recevrez une offre

Demander une offre

Demander une offre pour

Laissez vos coordonnées et vous recevrez une offre
Société
Nom
Pays
Département
Téléphone
E-mail
Envoyer la demande
Cancel
Get the Flash Player to see this film clip.